Les artistes du mois (2020)

Les artistes du mois de mars 2020

Hélène Marano  peintre

 

Je vis et travaille dans la Drôme.

Ma formation : Ecole Supérieure des Beaux Arts de Valence

Ma recherche s'articule entre deux pôles

*Le travail du modèle vivant : Les corps que je dessine à l'encre, au fusain, à la peinture, dans l'incertitude, dans l'accumulation, dans la répétition, dans l'effacement,

pour dire l'étrangeté de notre rapport au monde et à nous même. Dans notre quête d'échanges, de rencontres, d'amitié et d'amour, avec le ressenti, les nostalgies, les peines et les bonheurs.

*Le travail de l'Abstraction s'est imposé : Une nécessité intérieure d'agir avec les matériaux, la poétique de la matière, pour exprimer les sentiments, les états d'âme,

les impressions, le spirituel et le sacré a vie et les mystères

 

site: helene-marano.fr

 mail : marano.helene26@orange.fr

Patrick Lamouroux sculpteur sur métal

J’ai passé mon enfance et mon adolescence dans la petite entreprise de chaudronnerie de mon grand-père. J’y ai appris des rudiments techniques du travail du métal mais pour l’essentiel, je suis autodidacte. Arrivé à Albi il y a vingt-cinq ans, j’y ai ensuite intensément pratiqué la danse contemporaine et j’ai dansé une dizaine d’années dans la compagnie Le Dégorgeoir. C’est la danse qui a été pour moi un tremplin vers d’autres arts et qui a profondément influencé mon travail. J’ai collaboré avec plusieurs compagnies de danse pour la réalisation de décors ou d’objets scénographiques. Je suis entré dans le collectif Atelier Cub’Art en 2018 comme membre permanent et je collabore avec Rozenn Alapetite, artiste mosaïste, Sklaerenn Imbaud, maître verrier. 

Dans mon travail, je cherche à retrouver la tension du mouvement, ce qui va suggérer la vie qui y est contenue. Les états ou les présences qui pourraient s’y nicher. Je tente d’explorer les équilibres et les dynamiques, dans les personnages ou les volumes, quelles que soient mes sources d’inspiration. Faire se rencontrer les matières est une dimension importante pour moi. Inox, verre, bois, verre, cuivre apportent chaleur, transparence, couleurs, au fer ou à l’acier. Ces matériaux sont loin de se marier facilement. Leurs contraintes se heurtent, s’entrechoquent. Leurs températures de fusion sont différentes, leurs duretés ou fragilités respectives posent problème. Les techniques nécessaires pendant le travail doivent être pensées, de manière spécifique, à chaque fois. Chaque étape du mariage entre deux matières enrichit de sa complexité la palette possible et ouvre l’horizon. Paradoxalement, ces alliances, parfois difficiles, nourrissent chaque projet et l'aident à se transporter ailleurs.

Vide atelier de janvier 2020